“VCL Business Club” : Some News from FRANCE - Week 18

 

 

FRANCE PLANS TO PUT FREEZE ON SPENDING 

France is to impose a freeze in central government spending for three years from 2011 as it seeks to bolster its fiscal credibility amid the turmoil that has rocked the eurozone.

François Fillon, prime minister, yesterday said that central government spending - excluding debt interest payments and civil service pensions - would be frozen in cash terms from next year. For the past two years, central government expenditure has risen in line with inflation.

Mr Fillon also said government running costs would be cut by 10 per cent over the next 10 years.

France has a public deficit of 8 per cent of gross domestic product and its public debt will reach 83.6 per cent of GDP this year, according to European Commission forecasts.

A nominal freeze in central government spending will only go part of the way to reducing the deficit because the social security system and local authorities together account for a larger share of public expenditure than central government spending.

But with Paris anxious to reinforce economic policy co-ordination in Europe, Mr Fillon’s announcement was well timed. “If everyone is running towards fiscal consolidation, you have to be part of the pack,” said Gilles Möec, senior economist at Deutsche Bank.

While Nicolas Sarkozy, president, has made pension reform the top priority for the remaining two years of his mandate, the savings would take time to materialise, Mr Moëc added.

The eurozone’s second largest economy has escaped the battering meted out to other highdeficit countries and has even benefited in terms of debt refinancing. The spread of French 10-year government debt over benchmark German Bunds has often fallen to below 30 basis points.

But France has a poor record of getting its public finances under control, having not run a primary fiscal surplus for 30 years. It has also often failed to meet medium-term deficit reduction targets, which it agrees with the Commission, as they are based on optimistic growth assumptions.

France’s promise - to reduce its public deficit to 3 per cent by 2013 - is based on average annual growth over the next three years of 2.5 per cent, a forecast the Commission described as “markedly favourable”.

The government has also said little about how it intends to meet the target, beyond cutting administration costs and relying on a rebound in revenues from renewed growth. It has been instructed by Brussels to provide more detail by early June.

http://www.ft.com/cms/s/0/2ec37f64-5981-11df-99ba-00144feab49a.html?nclick_check=1

 

FREAK WAVES SMASH FRENCH RIVERIA

Massive waves have hit the French Riviera between Nice and Cannes causing major material damage to the densely-populated coast. The freak weather struck as the region is preparing to host the 63rd Cannes Film Festival.

Freak waves battered the southern French coast between Cannes and Nice on Tuesday afternoon, causing major damage to beach constructions only a few days before the Cannes film festival is set to begin.

Ten-meter-high waves (33 feet) battered the coastline, leaving one woman with a fractured leg and causing major material damage.

“There were very big waves this afternoon that caused major material damage to beach constructions, but there were no disappearances,” regional authorities told AFP.

In Cannes, some 20 restaurants were damaged and several cars overturned.

In Nice, not only the beaches were closed but also part of its famous Promenade des Anglais.

The timing of the natural disaster – days before the opening of the tourist season – could spell economic disaster for the French Riviera.

The owner of Castel, a trendy beachside restaurant in Nice, told local daily Nice-Matin he was unsure whether his business could reopen this year.

 “It’s terrible. We feared for our lives when the waves turned into seven to eight-metre-high monstrous bombs. It was out of question to resist”

The Cannes Film Festival is set to begin on May 12.

http://www.france24.com/en/20100505-freak-waves-smash-french-riviera-storm-cannes-nice-disaster-destruction-beach-croisette

 

GETTING DIVORCED TO BECOM EASIER

 

ENDING a marriage by mutual consent is to be made easier under a new law being drawn up by the Justice Ministry.

 

The draft legislation will put a cap on lawyers’ fees in the most straight-forward cases to “make divorce easier to deal with”.

 

The Justice Ministry says the bill will also make it possible for couples with no children to divorce without the need to have their case heard by a judge in a family court - provided they both agree to the split.

 

Instead, each of the partner’s lawyers would work together to draw up a collective agreement setting out how the couple’s property, belongings and money is to be divided. The contract would then be passed to a judge to be rubber-stamped.

 

According to Le Figaro, legal fees in the most straight-forward divorce cases are currently anywhere in the region of €600 to €2,000 per person.

 

The law would cap these at about €800-1000, but lawyers would have the right to charge more if the case proved more complicated than initially thought.

A Justice Ministry spokesman told Le Figaro that work has already been done to simplify divorce proceedings.

 

Until 2005, the average couple needed two court hearings - and an average wait of nine months - for the split to go through.

 

Since then, the waiting time has been cut to about four months and only one court hearing is needed.

 

http://www.connexionfrance.com/divorce-proceedings-france-getting-divorced-made-easier-legal-fees-court-view-article.html

 

LE CAC 40 RECULE DE PLUS DE 11% EN UNE SEMAINE

En cinq séances, la Bourse de Paris a dévissé de 11,12%, victime des craintes qui pèsent sur les dettes souveraines des Etats.

Nouvelle semaine de fortes baisses pour le CAC 40. La Bourse de Paris, comme toutes les autres places européennes, a pâti de la nervosité des investisseurs rendus inquiets par le niveau d’endettement des Etats.

Son indice phare a chuté de 11,12% sur cinq jours, signant ainsi la pire semaine depuis novembre 2008.

Les investisseurs ont le sentiment que l’Europe ne pourra pas endiguer les risques de contagion de la crise grecque. Les marchés s’inquiètent des plans de rigueur qui se généralisent en zone euro et qui pourraient se traduire par de fortes récessions.

L’affaire prend même une tournure plus internationale. Le ministre japonais des Finances a demandé à ce que le problème grec soit abordé lors d’une conférence téléphonique des ministres des Finances du G7.

Pourtant la Bourse de Paris avait bien commencé la semaine. Lundi elle a été rassurée par l’annonce de l’enclenchement du mécanisme d’aide à la Grèce, qui s’est engagée à un nouveau plan d’austérité drastique.

Mais dès mardi, elle plonge de 3,64%. Le marché a paniqué. Un représentant de Moody’s a précisé que le plan d’aide élaboré par le FMI et l’Union européenne en faveur de la Grèce ne signifie pas la fin de la crise budgétaire du pays parce que la clé du problème repose dans la capacité d’Athènes à réduire son déficit budgétaire conformément à ses engagements.

Le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, a d’ailleurs prévenu que la Grèce s’exposait au défaut de paiement si elle ne remplissait pas ses engagements de redressement des finances publiques. “S’il y avait des manquements” au programme d’austérité décidé par le gouvernement grec, le Fonds monétaire international (FMI) et la Commission européenne, “les versements seraient stoppés. Et alors le défaut de paiement menacerait à nouveau Athènes”.

De plus, des rumeurs circulaient selon lesquelles l’Espagne serait en train de négocier une aide de 280 milliards d’euros auprès du FMI, le Fonds monétaire international. Le Premier ministre espagnol, José Luis Zapatero, a démenti ces informations, suivi, un peu plus tard, par le FMI.

Mercredi c’est l’agence Moody’s qui a inquiété les marchés. Elle a annoncé qu’elle envisageait d’abaisser la note souveraine du Portugal “dans les trois mois”. Alors que jeudi, des rumeurs d’une possible dégradation de la note de l’Italie ont surgi, mais finalement Standard & Poor’s a confirmé qu’elle maintenait à stable sa perspective sur la note souveraine du pays.

Et enfin vendredi, alors que les craintes semblaient s’apaiser, le CAC 40 a été victime du vent de panique qui a soufflé sur Wall Street. Le Dow Jones a plongé de 3,2% à la clôture et de 9% en séance. Les causes de cette chute sont encore mal connues : craintes concernant la zone euro, possibles erreurs dans les transactions, un trader de Citigroup aurait tapé par erreur “milliards” au lieu de “millions”, …

Les autres places européennes ont également vécu une semaine difficile. A Londres, le Footsie a perdu 7,75% et à Francfort, le Dax a reculé de 6,86% sur cinq jours. La Bourse de Madrid 13,51% et celle de Milan 10,43%.

Signe de cette agitation, l’euro qui est monté à 1,3359 dollar juste après l’annonce de l’adoption du plan d’aide à la Grèce, termine la semaine autour de 1,2740 dollar.

LES BANCAIRES MASSACREES

Dexia a signé la plus forte baisse sur cinq jours. Le titre chute de 19,77%. Les valeurs bancaires étaient dans l’œil du cyclone cette semaine, les investisseurs craignent que leur exposition aux dettes souveraines des pays ne se solde par de nouvelles provisions massives.

Société Générale perd 18,89%. La banque a pourtant publié cette semaine un résultat net de 1,06 milliard d’euros au premier trimestre, contre une perte de 278 millions d’euros un an plus tôt. Les analystes prévoyaient un résultat de 614 millions d’euros. Son produit net bancaire (équivalent du chiffre d’affaires) progresser de 34% à 6,581 milliards d’euros.

BNP Paribas cède 15,73% sur la semaine. Le bénéfice net de la banque ressort pourtant à 2,28 milliards d’euros au premier trimestre, soit un bond de 46,5% sur un an. Les analystes attendaient eux seulement une hausse de 5% avec un profit net de 1,64 milliard d’euros. BNP Paribas a aussi déclaré que son exposition à la Grèce était de 5 milliards d’euros, à quoi s’ajoutent trois milliards d’engagements commerciaux sur des entreprises privées grecques.

De son coté Axa, qui abandonne 18,76% sur cinq jours, a annoncé qu’”au 31 mars 2010, l’estimation de l’exposition aux obligations d’Etat (nette de participation des assurés et impôt) se monte à 5,2 milliards d’euros pour l’Italie, 3,8 milliards pour l’Espagne, 0,8 milliard pour le Portugal, 0,5 milliard pour la Grèce et 0,4 milliard pour l’Irlande”.

UNE SEMAINE MARQUEE PAR DE NOMBREUX RESULTATS D’ENTREPRISES

Aucune valeur du CAC 40 ne ressort en hausse cette semaine. Sur le SBF 120, seuls deux titres tirent leur épingle du jeu. Safran s’octroie 0,52% sur cinq jours. Hermès grignote 0,37%. Le groupe a publié un chiffre d’affaires en progression de plus de 20% à taux de changes constants au premier trimestre. Car, outre les craintes de contagion de la crise grecque à d’autres pays de la zone euro, cette semaine a aussi été marquée par des résultats d’entreprises.

Concernant le secteur parapétrolier CGG Veritas plonge de 13,20%. Le groupe a publié un chiffre d’affaires de 696 millions de dollars au premier trimestre, en recul de 18% et un résultat net de 1 million de dollars contre 71 millions un an plus tôt.

Maurel et Prom perd 9,05%. Le groupe a annoncé une forte hausse de son chiffre d’affaires au premier trimestre 2010 grâce à la mise en production des champs Onal et Omko au Gabon. Il a totalisé 48,9 millions d’euros, contre 27,3 millions un an plus tôt.

Ces valeurs ont été, en outre, victime de la chute des cours du brut. En effet, le baril de WTI américain, qui a commencé la semaine autour de 89 dollars le baril, la termine autour de 75 dollars. Le baril de Brent de la mer du Nord est passé de 89 dollars à 78 dollars.

Alcatel-Lucent se replie de 17,98%. L’équipementier des télécommunications a enregistré une perte de 515 millions d’euros au premier trimestre. Un déficit beaucoup plus important que prévu - le consensus tablant sur une perte de 166 millions d’euros - qui s’explique par un recul plus marqué qu’attendu des ventes. Le chiffre d’affaires a en effet baissé de 9,8% à 3,25 milliards d’euros.

JCDecaux recule de 8,47% sur cinq jours. Le groupe industriel spécialisé dans la publicité extérieure anticipe une croissance organique d’environ 9% au deuxième trimestre à la faveur d’une reprise du marché et d’une visibilité accrue, après un rebond de 5,6% au premier trimestre, supérieur à ses attentes.

M6 se replie de 4,68% après avoir annoncé une hausse de 2,1% des recettes publicitaires de la chaîne à la faveur d’une reprise “significative” amorcée en mars. Le groupe de télévision a vu son chiffre d’affaires consolidé total augmenter de 10,3% sur la période, à 361,1 millions d’euros, à la faveur d’un bond de 16,7% de ses revenus non publicitaires.

Cap Gemini perd 5,86% sur la semaine. La SSII a annoncé une baisse de son chiffre d’affaires moins marquée que prévu au premier trimestre.

Dans l’industrie, Lafarge baisse de 14,20%. Le groupe français de matériaux de construction a fait état d’un retour aux bénéfices au premier trimestre grâce à la cession de sa participation dans la société portugaise Cimpor. Mais son chiffre d’affaires a chuté de 10%. Pour 2010, Lafarge ne s’attend qu’à un léger rebond de la demande mondiale.

Alstom cède 10,93%. Le groupe industriel a enregistré pour son exercice 2009-2010 un résultat d’exploitation en progression de 16% pour une marge opérationnelle de plus de 9%, alors que le niveau des commandes a chuté de 39% en raison de la crise.

Thalès abandonne 4,78%. Le groupe a annoncé qu’il inscrirait une provision d’environ 35 millions d’euros dans ses comptes du premier semestre, alors que la cour d’arbitrage de la Chambre de commerce internationale (ICC) a jugé que la France devait payer 630 millions d’euros de dédommagements à Taïwan dans l’affaire de la vente de six frégates en 1991.

http://www.latribune.fr/bourse/20100507trib000506919/le-cac-40-recule-de-plus-de-11-en-une-semaine.html

 

L’OFFSHORE INDIEN MAL PERÇU PAR LES ENTREPRISES FRANÇAISES

Si les SSII indiennes bénéficient plutôt d’une bonne image, la destination Inde n’est pas jugée très attractive. Elle présente davantage de risques que d’opportunités, selon un sondage Ifop.
Sondage original que celui mené par l’Ifop pour le compte de la SSII indienne HCL Technologies.

Quelque 500 dirigeants d’entreprises françaises de plus de 200 salariés ont été interrogés le mois dernier sur leur perception des sociétés de services indiennes.

Le bilan risque ne pas être accueilli avec le sourire du côté de Bangalore. Pour 57 % des sondés, la destination Inde est jugée peu ou pas attractive. A 72 %, elle présente davantage de risques que d’opportunités.

Parmi les principaux freins, les dirigeants avancent la complexité de gérer un prestataire à distance (49 %), le souci de conserver l’emploi en France (37 %), la perte de qualité de service (33 %), la langue et l’accent (31 %). Fermez le ban.

DES INFORMATICIENS INDIENS AUSSI COMPETENTS QUE LES FRANÇAIS

Pour contrebalancer, nos décideurs placent le paramètre réduction de coûts (74 %) parmi les principaux atouts de l’offshore indien. Loin devant la disponibilité et l’abondance de ressources humaines (40 %) et la compétence des salariés indiens (19 %).

Sur ce dernier point, 84 % des patrons interrogés estiment que les informaticiens indiens sont aussi compétents que leurs homologues français.

Leur cote de popularité réconfortera les SSII indiennes. Elles bénéficient d’une bonne image pour 70 % des entreprises, tandis que 68 % estiment qu’elles offrent un service de qualité et 77 % un bon rapport qualité-prix.

A noter, enfin, que 21 % des sondés qui ont déjà externalisé leur informatique ont eu recours à l’offshore, qu’il soit indien ou non.

http://pro.01net.com/editorial/516459/l-offshore-indien-mal-percu-par-les-entreprises-francaises/

 

 

LOUIS GALLOIS RENONCE A UN BONUS D’UN MILLION D’EUROS CHEZ EADS

Louis Gallois, président exécutif d’EADS, a renoncé à la part variable de sa rémunération au titre de 2009, une décision qui le prive d’un “bonus” d’un peu plus d’un million d’euros.

Le groupe d’aéronautique et de défense, maison mère d’Airbus, a fait état début mars d’une perte nette 2009 de 763 millions d’euros et d’une perte opérationnelle de 322 millions d’euros, essentiellement liées aux difficultés de son avion de transport militaire A400M.

“Le 8 mars 2010, M. Gallois a informé le conseil (d’administration) de son intention de renoncer pour la deuxième année consécutive au salaire variable qui aurait composé pour partie sa rémunération”, explique EADS un document publié sur son site internet.

Louis Gallois touchera donc au titre de 2009 une rémunération fixe de 900.000 euros, comme en 2008. La part variable de son salaire avait été calculée pour 2009 à 1,14 million.

L’an passé, le dirigeant avait également décidé de délaisser son bonus au titre de 2008 au profit d’une association, alors qu’EADS, plongé en pleine récession, mettait en place de nouvelles mesures de compression de coûts.

D’après un document financier dévoilé en mars, le directeur général du groupe américain Boeing James McNerney a gagné 19,4 millions de dollars (14,7 millions d’euros) en 2009. Cette somme comprend notamment son salaire, ses stock options et un bonus de 2,3 millions de dollars, en hausse de 58,5% sur un an.

Les arbitrages de Louis Gallois, 66 ans, ancien président de la SNCF et ancien directeur du cabinet de Jean-Pierre Chevènement, ont été salués par les syndicats. L’accueil a été plus froid du côté de certains dirigeants du groupe.

“Tout le monde ne danse pas de joie au sein du comité exécutif à propos de cela”, confiait récemment à Reuters une source proche d’EADS.

La formule retenue pour l’élaboration des primes a en outre constitué une question sensible cette année car la société, si elle a perdu de l’argent en 2009, dispose toujours d’une trésorerie élevée.

Or le mécanisme de primes en vigueur au sein d’EADS se déclenche partiellement sur la base de critères de performance établis à partir du niveau du résultat opérationnel du groupe, de sa trésorerie et de ses capitaux employés, tandis qu’une autre composante relève d’objectifs individuels.

L’avis d’EADS sur la rémunération de son président exécutif a été mis en ligne à la veille du début de nouvelles négociations salariales chez Airbus. Les employés du constructeur réclament une hausse générale de 3,5% de leurs émoluments annuels tandis que la direction envisage une augmentation limitée à 1,9%.

http://www.lemonde.fr/depeches/2010/05/03/louis-gallois-renonce-a-un-bonus-d-un-million-d-euros-chez-eads_3234_439_42348626.html