“VCL BUSINESS CLUB” : SOME NEWS FROM FRANCE - WEEK 38

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

French banks fined for colluding on cheque commission charges

France’s competition authority said on Monday that it had fined 11 major French banks €384 million ($503 million) for colluding on the commission they charge for processing cheques.

France’s competition authority said Monday it had fined 11 big French banks 384 million euros (503 million dollars) for colluding to fix a commission they charged for handling cheques.

The banks in 2002 introduced a 4.3 euro cents commission per cheque, arguing that it was necessary to compensate for a loss of revenue which came after the cheque processing system was speeded up.

The banks argued that they were losing out on interest payments because they had to release the funds for the cheques sooner than under the previous processing system.

But the competition authority said in a statement that after conducting an inquiry it had concluded the commission charged was unjustified.

It noted that the banks stopped charging the commission in 2007 because of the “pressure of the inquiry.”

The BPCE banking group was hit with the biggest fine, of 90.9 million euros, followed by Credit Agricole, which was fined 82 million euros.

The other banks fined were Societe Generale, BNP Paribas, Credit Mutuel, Credit Industriel et Commercial (CIC), Credit du Nord, LCL, La Banque Postale, HSBC and the Bank of France, the central bank which supervises the lenders.

The banks have one month to appeal the decision.

http://www.france24.com/en/20100920-competition-body-fines-11-french-banks-colluding-commission-cheques-bnp-societe-bpce-credit-mutuel-hsbc-postale

 

Paris move to ban outdoor heaters at cafés in fresh blow to smokers

The Gauloise-puffing intellectuals of Paris, still reeling from a smoking ban in the city’s cafés, are facing a fresh blow with a move to ban outdoor gas heaters

France long held out against the smoking bans being enacted worldwide in public places, but finally caved in three years ago. But while the inside of Left Bank cafés has been less foggy, the café-clope (coffee and cigarette) culture of the city has continued to thrive by simply spilling into the streets, thanks to the gas heater.

The devices have blossomed in the capital since 2008, bringing ever-greater numbers of Parisians outdoors. But now the Socialist and Green-run town hall has declared war on the heaters, calling them an ecological disaster.

Warming the little birds in winter is not very useful,” said Lyne Cohen-Solal, the Socialist deputy mayor in charge of trade.

She is spearheading the push for new regulations, to come into force by January next year, which would also forbid the use of plastic partitions to keep in the heat on terraces. They are deemed unsightly and a fire hazard. Glass partitions would be allowed. Cafés that have already purchased the heaters will have two years to phase them out.

Christian Navet, of UMIH, the top café, restaurant and nightclub union, fumed at the news. “If we no longer have plastic sheeting or [gas] heating, a large part of our turnover will go up in smoke and we cannot allow that.”

André, owner of A la Tour Eiffel, a café near the landmark, was less diplomatic. “What do our four little gas heaters pollute compared to a plane taking off? This equipment cost me a fortune – 11,000 euros. What do I do with all my smokers now?”

Jeanne Deschamps, a 40-year old translator and occasional smoker said: “The French always moan whenever there’s change. It’s true it’s nice to sit out in winter with heaters whether or not you’re a smoker, but if it’s deemed eco-unfriendly fair enough. We can use duvets like they do in Scandinavian cafés.”

Since the smoking ban ended, the police have received complaints from home owners that burgeoning outdoor terraces, which often stay open long into the night, are making their life hell. The new town hall rules will make it mandatory for cafés to leave at least 1.6 metres of pavement space free for people to stroll past cafés without having to squeeze past customers or venture into the street.

The association Vivre Paris, which defends peace-loving city dwellers, said the rules did not go far enough. “It’s harder and harder to get around on pavements and locals can no longer sleep at night because of the noise,” said Elisabet Bourguinat, a member.

The rules will dismay Nuit Vive, a group of musicians, DJs and nightclub owners who last year warned that a “law of silence” in Paris was turning the City of Light into “the European capital city of sleep”. Some 15,000 people signed their petition to relax rules on nocturnal revelling.

http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/europe/france/8020630/Paris-move-to-ban-outdoor-heaters-at-cafes-in-fresh-blow-to-smokers.html

 

Moscow-Nice run: Got time? Money? Take new train

A new train taking rich Russians to the French Riviera in style and luxury has arrived in Nice, some 53 hours after it departed from Moscow.

The new service launched by Russian Railways is a once-a-week run for those with money and time.

In the era of bullet trains and air travel, this train travels at a sedate 63 kph (40 mph), and just slightly faster on the return.

For fares ranging from euro306 ($412) one-way to euro1,200 ($1,616) for a luxury compartment, the traveler passes through two dozen cities and a half-dozen countries before reaching Nice.

From the czars of old to the new-money entrepreneurs of today, rich Russians have long haunted France’s Mediterranean coast.

All aboard Sunday for those training it for 3,000 kilometers (1864 miles) to Moscow!

http://www.washingtonpost.com/wp-dyn/content/article/2010/09/25/AR2010092502578.html

 

Un Français sur deux se méfie de la communication des entreprises

Ils jugent que le discours institutionnel des entreprises n’est pas “crédible”. Cette méfiance est particulièrement marquée dans le secteur public.

Plus d’un Français sur deux ne croit pas au discours des entreprises, un scepticisme davantage répandu dans le secteur public, selon une étude du groupe de communication Makheia Group, spécialisé dans la communication institutionnelle.

Plus de la moitié des Français (56%) jugent que le discours des entreprises n’est pas globalement “crédible”, contre 39% qui pensent le contraire. Les salariés du public sont les plus sceptiques vis-à-vis de l’expression de leur propre entreprise: ils ne sont que 45% à estimer “crédible”, contre 59% dans le privé.

Trois Français sur quatre (75%) estiment que le discours des entreprises n’est pas “sincère”, et quasiment autant (78%) pensent que les sociétés ne sont pas transparentes. “Il y a une défiance des Français vis-à-vis des entreprises”, indique cette enquête, basée uniquement sur la communication institutionnelle (rapports annuels, communiqués, sites, publicités, discours des dirigeants…) et intitulée Mensonges et Vérités.

Une grande majorité de Français est critique de l’engagement des entreprises en matière de développement durable: 57% jugent ainsi “faux” le discours des sociétés françaises sur la question. De même, plus de la moitié des Français remettent en cause la véracité des résultats financiers: 55% les jugent “faux”.

Si 46% des jeunes (18-34 ans) les croient “vrais”, seuls 33% des 35 ans et plus y apportent du crédit. “Peut-être parce que les jeunes sont moins blasés et sont encore nouveaux au sein de l’entreprise”, avancent les auteurs de l’étude. Plus de la moitié des Français (53%) estiment que les entreprises doivent dire la vérité, même s’ils disent comprendre qu’elles passent certaines choses sous silence.

D’après l’enquête, deux tiers des Français sont incapables de citer une entreprise au discours crédible (64%), 6% avancent Electricité de France (EDF), 3% la SNCF, les constructeurs automobiles Renault et PSA Peugeot Citröen.

Sur une liste de quinze entreprises françaises, pour la plupart cotées, le groupe pétrolier Total est jugé comme le moins crédible, suivi de France Télécom. Viennent ensuite les établissements financiers BNP Paribas, Société Générale et l’assureur Axa. Le distributeur Auchan et le groupe mutualiste Maif sont considérés comme les plus crédibles. L’étude a été réalisée auprès de 1.000 personnes, représentatives de l’ensemble des actifs français, les 8 et 9 septembre dernier par téléphone.

http://www.lexpansion.com/economie/actualite-economique/un-francais-sur-deux-se-mefie-de-la-communication-des-entreprises_239470.html#XTOR=EPR-175

 

Pourquoi de bons dirigeants peuvent faire de mauvais choix ?

Les mauvaises décisions stratégiques se paient cher. Cette année, le leader mondial des logiciels professionnels, SAP, n’a pas hésité à débarquer son président-directeur général pour lui faire payer le prix du mécontentement des clients, qui dénonçaient tout à la fois une montée des coûts de maintenance et le lancement de produits qu’ils jugeaient trop complexes.

Ces critiques, ajoutées à un style de management jugé « raide et direct » et peu apprécié par les salariés, ont provoqué la démission avec effet immédiat de Leo Apotheker.

Autre exemple : deux ans après la faillite de la banque d’investissement américaine Lehman Brothers, beaucoup se demandent encore pourquoi Richard Fuld, le PDG de l’établissement confronté à la crise financière des « subprimes », a autant tardé à trouver un repreneur à sa banque au bord du gouffre.

« Le succès est un mauvais professeur, il pousse les gens intelligents à croire qu’ils sont infaillibles », a lancé un jour Bill Gates, le fondateur de Microsoft. Il avait raison. De Philippe Bruggisser (Swissair) à Jürgen Schrempp (ex-Daimler-Chrysler) en passant par Jean-Marie Messier (ex-Vivendi), les exemples de leaders enfermés dans leurs certitudes et tombés en disgrâce sont nombreux.

Autant d’esprits bien formés qui ont su multiplier les succès avant une chute fatale. Quel grain de sable est donc venu enrayer d’aussi belles mécaniques intellectuelles ?

Courts-circuits « heuristiques »

Pour Sydney Finkelstein, professeur de management à la Tuck School of Business (1), ce sont les préjugés et les partis pris qui faussent le raisonnement et poussent à l’erreur.

Un phénomène qu’Olivier Sibony, directeur chez McKinsey & Company, désigne par « biais cognitifs » dans « Seeing Through Biases in Strategic Decisions », une étude récente sur leur impact dans la prise de décision stratégique, qui a été supervisée par le prix Nobel Daniel Kahneman.

Comme ce dernier, Sydney Finkelstein et le cabinet McKinsey se sont, eux aussi, tournés vers la neuroscience pour mieux comprendre le processus décisionnel.

 C’est en effet elle qui explique comment les raccourcis pris par le cerveau peuvent conduire des individus à penser, à tort, qu’ils ont raison (les experts parlent volontiers de courts-circuits « heuristiques »). « Un problème dont le management est hélas rarement conscient », déplore Olivier Sibony.

Accepter la contradiction

Or, la bonne attitude pour les dirigeants consisterait à prendre le temps d’identifier ces raccourcis mentaux et à repérer ceux qui polluent inutilement la pensée. Un thème que Luc de Brabandère, philosophe, mathématicien et directeur associé au Boston Consulting Group et Anne Mikolajczak, linguiste, spécialiste des langues romanes, développent largement dans « Petite philosophie de nos erreurs quotidiennes » (éditions Eyrolles) et « Le plaisir des idées » (éditions Dunod).

Enfin, tous les experts s’accordent pour donner aux dirigeants désireux de limiter leur propension à l’erreur un simple mais vital petit conseil : accepter la contradiction.

Cinq signaux d’alerte

Les jugements précipités (biais d’actions) : formulés par excès de confiance en soi, ces jugements n’intègrent ni l’incertitude ni la possibilité d’échec. En juin dernier, à Paris, devant le tribunal correctionnel, Jean-Marie Messier a, par exemple, fini par admettre ses « excès » en matière de communication au début des années 2000 alors qu’il était à la tête de Vivendi et qu’il menait, tambour battant, une stratégie de cessions et d’acquisitions qualifiée par ses détracteurs de « folie des grandeurs ».

Les attachements insoupçonnés (biais de stabilité) : ils apparaissent quand une référence chiffrée (chiffre ou pourcentage de probabilité) est a priori jugée indiscutable.

Du coup, chacun dans l’entreprise part du principe qu’il ne faut pas en dévier. Le résultat peut être catastrophique: le scénario d’un accident de BP, similaire à celui qui s’est produit au printemps dans le golfe du Mexique -qui « avait une chance sur un million de se produire », selon l’ex-patron de BP, Tony Hayward -, n’a jamais été évoqué en interne alors que ses conséquences se révèlent dramatiques.

Les expériences trompeuses (biais de reconnaissance de situation) : elles ressuscitent des souvenirs et des réflexes qui paraissent similaires à la situation présente mais qui guident dans une mauvaise direction.

Les intérêts personnels inopportuns (biais d’intérêt) : la plupart des personnes n’ont pas conscience que leur propre intérêt ou celui de leur groupe fonctionne à un niveau subconscient et vient nécessairement en conflit avec leurs responsabilités. Le départ précipité du PDG de HP, Mark Hurd, l’été dernier, repose sur les conclusions d’une enquête interne qui a révélé plusieurs infractions, notamment des notes de frais maquillées par le PDG pour cacher ses liens intimes avec une sous-traitante du groupe.

Le management du tournesol (biais sociaux) : il s’agit d’un système relationnel en fonction duquel chacun se tourne vers le soleil -autrement dit, vers le chef -et refuse d’engager avec lui tout débat contradictoire, étant entendu que le « chef a toujours raison ». (biais de reconnaissance de situation) : elles ressuscitent des souvenirs et des réflexes qui paraissent similaires à la situation présente mais qui guident dans une mauvaise direction.

http://www.lesechos.fr/management/diriger/020761303688-pourquoi-de-bons-dirigeants-peuvent-faire-de-mauvais-choix.htm

 

 

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »