“VCL Business Club” : Some News from FRANCE - Week 19

 

 

 

 

 

France’s Pompidou opens offshoot in Metz

A sparkling new branch of one of the world’s top modern art museums, Paris’s Pompidou Centre, opens in northern France on Wednesday with hundreds of rarely seen treasures on its walls.

On a former waste land in Metz, the undulating white teflon roof houses space to free up some of the 65,000 works trapped in storage at the Paris museum — and to breath new life into a city seen as a forgotten gem.

Planting the huge new venue in Metz, a town of 130,000 people in what was once part of Germany, its creators aim to shift the gravity of France’s national art collections, which critics say is narrowly centred on Paris.

“This is a great moment for culture in this country, because it is the first time a great cultural institution has decentralised,” said Alain Seban, director of the Paris Pompidou Centre, in Metz on Monday.

The new museum’s 5,000 square metres (107,000 square feet) of gallery space offer high ceilings to accommodate monumental works such as Sonia Delaunay’s bright seven-foot canvas “Portugal”.

It also aims to put the northeastern Lorraine region on the map by drawing in visitors from across the nearby borders of Germany and Belgium, and tourists from Paris, an 80-minute high-speed train ride away.

“We want to open it to the widest possible public, the European and international public,” said Jean-Luc Bohl, president of the Metz area council, one of several bodies that funded the 72.5-million-euro (93 million dollar) project.

The museum is to be inaugurated on Tuesday by President Nicolas Sarkozy and opens to the public from Wednesday.

Its inaugural show: “Chefs-d’Oeuvre?”, an exhausting array of 780 artworks that questions what constitutes a “masterpiece” while acquainting the viewer with monumental works by some of the giants of modern art.

The long galleries teem with numerous art forms: Henri Cartier-Bresson’s photography, sculptures by Constantin Brancusi, paintings by Pablo Picasso and Henri Matisse, plus architectural plans, videos and even furniture.

“It introduces to the widest possible audience the most contemporary forms of art and creativity to make them think about ideas of taste and aesthetics,” said Laurent Le Bon, director of the new museum.

Designed by Japanese architect Shigeru Ban and France’s Jean de Gastines, the teflon-draped wooden roof sits above a ground floor facade of glass shutters that open in warm weather to draw in visitors.

In between lie three elevated oblong galleries, the window of the top one framing a view of Metz’s cathedral.

“I wanted to find something contextual,” Ban told AFP. “I wanted to connect the art museum to the city.”

Elsewhere in northern France, the former mining town of Lens is preparing to receive its own outlet of world-class art when the Louvre — Paris’s most visited museum — opens a sister branch there in 2012.

The so-called “antenna” museums aim to regenerate the surrounding regions as the Guggenheim did in Bilbao, an industrial city in northern Spain, which opened in 1997 with an avant-garde design by US-based architect Frank Gehry.

Similarly in Britain, London’s Tate museum opened regional galleries in Liverpool in 1988 and Saint Ive’s in 1993.

For some, the planting of offshoots in France’s old industrial lands is a symptom of broader changes under way in the country’s economy.

“Cultural programmes have become an indispensable factor in developing towns and regions,” said Antoine Fonte, a Metz official in charge of arts projects.

“Lorraine is undergoing a full-on transformation and the Pompidou Centre Metz will strengthen the shift towards the tertiary and service industries.”

“Sometimes people think Metz has lost its spirit,” said Dominique Gros, the mayor of Metz, which was long a garrison town but has seen thousands of military jobs cut. “For us the Pompidou Centre is a fresh start.”

http://www.france24.com/en/20100511-art-culture-france-pompidou-nicolas-sarkozy-metz-paris-museum-tourism

 

 

French pupils strike against phantom holiday cut

Schoolchildren in several French towns have joined wildcat strikes against a government plan to cut a month from their summer holidays.

No such plan exists. Nonetheless, a rumour has swept through social networking sites in recent days that “Sarko” plans to “steal a month” of the summer holidays. As a result, there have been walk-outs and marches by teenagers in south-west France, Normandy, the Rhône Valley and the Greater Paris area.

What is the origin of the rumour? The Education Minister, Luc Chatel, has called for discussions on the oddities of the French school timetable, which has longer working days and longer holidays than most other European countries. This consultation exercise has been transformed by the internet into a definite plan to lop at least four weeks from the nine-week summer school holiday.

“I thought it was just a rumour, but many of the others believe in it,” said Nina, 14, a pupil in Vaucluse in the Rhône Valley. “For others, it was a good excuse not to go to school.”

Whatever the outcome of Mr Chatel’s talks, a large cut in the summer holidays is unthinkable. The influential teaching unions have always resisted any reduction in school holidays, let alone a whole month.

France has more school hours than its neighbours, shoe-horned into fewer school days. Even primary school children have classes from 8.30am to 4.30pm. Lycée pupils often have to stay until 6pm. On the other hand, schools break up for nine weeks in the summer with two-week breaks at Christmas and Easter and a two-week “skiing break” in February. Overall, French schools have an average of 914 timetabled hours a year, compared to around 800 in most other EU countries.

The Education Minister has called for a “dispassionate debate”. Evidently, he omitted to post his wishes on Facebook.

http://www.independent.co.uk/news/world/europe/french-pupils-strike-against-phantom-holiday-cut-1972210.html

 

 

La panne de croissance française est-elle durable?

Alors que le PIB a quasiment stagné au premier trimestre, Bercy mise toujours sur une hausse de 1,4% cette année. Pour savoir si cet objectif est accessible, L’Expansion.com a passé au crible les différentes composantes du PIB tricolore. Verdict…

Douche froide. Il y a trois mois, la France se félicitait d’avoir échappé au ralentissement économique ambiant, affichant l’une des meilleures performances économiques de la zone euro pour le dernier trimestre 2009 (+0,6% de hausse du produit intérieur brut, révisé aujourd’hui à +0,5%).

Aujourd’hui c’est l’inverse. Le PIB français n’a progressé que de 0,1% au premier trimestre 2010 selon l’Insee, contre +0,2% en moyenne dans la zone euro. En comparaison, le PIB allemand a gagné 0,2% et le PIB italien 0,5%.

Bercy mise toujours officiellement sur une croissance de 1,4% sur l’ensemble de l’année 2010. Pour cela, il faudrait que le PIB progresse de 0,4% en moyenne sur les trois prochains trimestres. Un objectif qui risque désormais d’être très difficile à remplir. Mais pas impossible.

 

La consommation des ménages au point mort

C’est peut être le plus inquiétant : entre janvier et mars, la consommation des ménages a calé (+0% après +0,9% au dernier trimestre 2009). Il fallait s’y attendre : contrecoup de la suppression de la prime à la casse, les achats d’automobiles ont chuté de 11,5% sur le trimestre, affectant lourdement les dépenses de consommation des ménages en produits manufacturés (-1,9%).

 Les dépenses de consommation de services ont légèrement amorti le choc. La France a-t-elle perdu son moteur traditionnel de croissance ? “Rien ne permet de penser que la consommation va rebondir dans l’année”, estime Jean-Christophe Caffet, économiste de Natixis.

Plusieurs facteurs pèsent en effet sur le pouvoir d’achat des ménages : le retour de l’inflation (+1,7% en avril sur un an, son plus haut niveau depuis douze mois), la hausse continue du chômage et la fin des mesures de soutien au pouvoir d’achat. Frédérique Cerisier, économiste de BNP Paribas, se veut moins pessimiste : “la consommation des ménages ne va pas tirer la croissance française cette année, mais elle ne va pas non plus la plomber ; elle servira quand même de petit coussin.”

 

L’investissement poursuit sa contraction

Autre mauvaise nouvelle du premier trimestre : l’investissement des entreprises a chuté (-0,9% par rapport au dernier trimestre 2009) pour le huitième trimestre consécutif, tandis que l’investissement public a perdu 1,2%.

Cette forte baisse peut être interprétée comme le reflet d’une baisse progressive des mesures décidées dans le plan de relance. Mais pour Jean-Christophe Caffet, elle reflète surtout “les difficultés rencontrées par les administrations locales en raison d’une forte baisse de leurs recettes.”

L’Etat n’a pas prévu de nouveau plan de relance. Il a même annoncé le gel à venir de ses dépenses. Les investissements du grand emprunt, dont les premières sommes seront versées en juin, n’auront que peu d’effets à court terme. Ce n’est donc pas la dépense publique qui va tirer la croissance française cette année.

Du côté des entreprises, l’enquête trimestrielle d’avril de l’Insee indique que les industriels prévoient d’augmenter leurs investissements de 6% en 2010. Jean-Christophe Caffet n’y croit pas trop : même si les indicateurs avancés indiquent une accélération de la croissance de l’activité du secteur privé en avril, les entreprises vont rester “très prudentes et ne procèderont à des investissements qu’à la marge”, explique-t-il.

 

Le cycle des stocks est loin d’être achevé

La croissance du PIB français au quatrième trimestre2009 s’expliquait en grande partie par la contribution très fortement positive des stocks (+0,9%). Mais le processus de ralentissement du déstockage a marqué une pause début 2010 : la contribution des variations de stocks à la croissance est redevenue légèrement négative au premier trimestre (-0,1%).

 Il est cependant “loin d’être fini”, indique Frédérique Cerisier. Selon l’économiste de BNP Paribas, “d’autres contributions positives des variations de stocks au PIB sont à attendre au cours de 2010″. Le restockage sera sans doute une clé de la croissance française cette année.

 

La bonne surprise des exportations

Sans le commerce extérieur, le PIB aurait reculé de 0,3% au premier trimestre. Les exportations ont en effet progressé de 3,9% sur la période. Et comme la progression des importations est très modérée (+2%), la contribution du commerce extérieure à la croissance a atteint 0,4 points. La preuve que la France bénéficie quand même un peu de la reprise vigoureuse du commerce mondiale.

La faiblesse de l’euro devrait encourager la bonne tenue du commerce extérieur au cours des prochains trimestres. “Les exportations seront probablement le seul vrai moteur de la croissance française cette année”, prédit Jean-Christophe Caffet.

 

Reprise en feu de paille

Au final, les chiffres du premier trimestre ne modifient pas les prévisions de croissance en France du consensus des experts, qui tablent en moyenne sur une hausse du PIB de 1,4% comme le gouvernement.

“Les chiffres du jour confirment notre scénario d’une reprise ponctuelle de l’économie, due à des facteurs temporaires”, explique Jean-Christophe Caffet. Selon lui, “la croissance est durablement atone”. “2010 sera une année de transition car la reprise est heurtée, poussive, et le chômage continue d’être à un niveau élevé, indique Frédérique Cerisier. En outre, c’est une année de préparation de la consolidation budgétaire. Il faudra être attentif à son impact sur la croissance en 2011.”

http://www.lexpansion.com/economie/actualite-economique/la-panne-de-croissance-francaise-est-elle-durable_232217.html?XTOR=EPR-175

 

 

Europe : la crise de foi des marchés financiers

L’euphorie n’aura pas duré longtemps. Vendredi, les places financières mondiales rechutaient lourdement, surtout en Europe. Si les doutes reviennent, c’est que le différentiel de croissance en défaveur de l’Europe inquiète : sans croissance, dettes et déficit resteront très élevés. L’euro, quant à lui, faisait un nouveau plongeon, sous les 1,24 dollar.

Moins d’une semaine après le plan de sauvetage européen, le doute revient sur les places financières. Entre lundi et vendredi, les marchés sont passés de l’euphorie outrancière, avec une des plus fortes hausses de l’histoire sur une journée, au pessimisme probablement excessif. Comme si les 750 milliards d’euros promis par les pays de la zone euro avaient été oubliés en quelques jours.

Quelques jours où, de surcroît, les pays membres de l’union monétaire ont annoncé de sérieux efforts de rigueur budgétaire, qui auraient dû rassurer sur leur détermination à traiter leurs finances publiques malades. Portugal et Espagne, notamment, qui étaient visés par la spéculation, se sont engagés a réduire les dépenses et à lever de nouvelles taxes.

Rien n’y a fait :toutes les places européennes ont sérieusement dévissé vendredi après-midi, les chutes s’étageant entre 3% et 7%, les valeurs bancaires étant les plus attaquées (voir autres articles de la section “Marchés”). L’euro, quant à lui, cassait à la baisse le seuil de 1,24 dollar vendredi en fin de journée, atteignant ce niveau pour la première fois depuis octobre 2008.

 

L’effet Barroso

Si les marchés doutent, c’est que la cacophonie politique, état quasi-naturel en Europe, s’est poursuivie, après le bref instant d’unité de dimanche dernier, lors du sommet exceptionnel de Bruxelles. Dimanche, tous les chefs d’Etat réclamaient davantage de coordination. Et jeudi, alors que José Manuel Barroso, le président de la Commission, proposait de renforcer le contrôle par Bruxelles sur les projets de budgets des états, les critiques se sont déchaînées.

Toujours le même paradoxe : les Etats sont d’accord pour le “gouvernement économique” européen mais pas pour céder leurs prérogatives aux institutions européennes. Comprenne qui pourra…

Vendredi, le président de la Bundesbank, Axel Weber, a alimenté les inquiétudes ambiantes en soulignant la persistance de risque dans le système financier européen. Avant lui, l’ex-patron de la Fed, Paul Volcker, avait évoqué “le grand problème de la désintégration possible de l’euro”.

 

Montée inexorable

Plus grave, les plans de rigueur eux-mêmes alimentent les craintes sur la reprise en Europe : sans croissance, pas de recettes fiscales, donc pas de réduction de déficit. Les marchés, après avoir implicitement demandé des efforts sur les finances publiques, s’alarment de leurs effets sur la conjoncture…

C’est le scénario d’une crise la japonaise qui se profile désormais sur le Vieux continent : une longue période de croissance zéro, les économies et le système bancaire étant soutenus à bout de bras par les manoeuvres peu orthodoxes de la Banque Centrale, tandis que la dette poursuit sa montée inexorable.

Le Fonds monétaire avertissait, vendredi en fin de journée : “des niveaux d’endettement public pourraient peser sur la croissance économique pendant des années”. Si les pays développés ne reviennent pas au niveau de dette qu’ils avaient avant la crise, poursuivait l’organisme de Washington, leur potentiel de croissance pourrait être diminué de plus de 0,5% par an.

 

Plus de cartouche

Même la BCE, dont les achats d’obligations publiques ont été un aspect déterminant du plan de sauvetage, ne parvenait plus à rassurer. Comme si tout le monde prenait conscience, à la veille du week-end, que Jean-Claude Trichet n’avait désormais plus aucune cartouche dans sa gibecière, si la planète financière devait connaître un nouvel accident.

http://www.latribune.fr/journal/edition-du-1505/sur-les-marches/419334/europe-la-crise-de-foi-des-marches-financiers.html